19/07/2013

Théâtre et Balagan -Chronique ambulante d'un amoureux du théâtre, d'un amateur de l'Est et plus si affinités.

J.-P. Thibaudat
chroniqueur

C’est une autre noble figure, Simone Weil, qu’a rencontrée l’actrice Delphine Thellier. J’attendais une amie devant l’office du tourisme au milieu de la très fréquentée avenue de la République lorsqu’une inconnue m’a tendu une petite fiche tenant lieu de flyer. C’était Delphine Thellier, l’actrice faisait la promotion de son propre spectacle qu’elle joue seule. Je ne la connaissais pas, elle ne savait pas qu’il m’arrivait d’écrire sur les spectacles du festival. Je n’étais pas pressé, on a bavardé, elle m’a parlé de Simone Weil. Non pour vendre son spectacle mais pour dire combien le parcours et l’œuvre de cette femme avaient bouleversé sa vie et partant sa vie d’actrice. Brève et agréable rencontre. J’ai eu envie de voir son spectacle titré “ L’enracinement ”, j’y suis allé le 15 au matin (je partais d’Avignon le soir même), je n’avais pas remarqué qu’elle ne se produisait que les jours pairs.

Avignon est aussi fait des spectacles que l’on rate, que l’on espère voir un jour et de ceux qui resteront à l’état de rêve inassouvi, de rencontre imaginaire.